Franck Carpentier

Tatouages et travail : que peut l’employeur ?

Dans le monde du travail, l’apparence physique peut parfois être un sujet délicat. Parmi les nombreuses questions qui se posent, une en particulier revient souvent : est-ce que je peux travailler avec des tatouages ? Pour répondre à cette question, il est important de comprendre ce que dit la loi et comment elle est interprétée.

Que dit la loi ?

Il n’existe aucun texte de loi en France qui mentionne explicitement les tatouages. Cependant, l’article L 1132-1 du Code du travail interdit toute discrimination au travail en raison de l’apparence physique. Cela signifie qu’en théorie, un employeur ne peut pas vous refuser un emploi ou vous licencier simplement parce que vous avez des tatouages.

Qu’en est-il en pratique ?

Bien que la loi interdise la discrimination basée sur l’apparence physique, il existe des cas où un employeur peut imposer des restrictions raisonnables pour le bien de l’entreprise. Par exemple, si un tatouage est jugé incompatible avec les fonctions du salarié et ses conditions de travail, un licenciement peut être justifié. C’est notamment le cas lorsque le salarié est en contact avec la clientèle et que l’employeur impose le porte d’une tenue particulière (par exemple les serveurs dans certains restaurants, les hôtesses de l’air chez Air France, etc.).

Cela dit, la jurisprudence est rare en la matière et chaque situation doit être analysée au cas par cas. Par exemple, la Cour de cassation a jugé discriminatoire le licenciement prononcé au motif qu’un restaurant gastronomique ne pouvait tolérer le port de boucles d’oreilles sur un homme.

Conclusion

En conclusion, bien qu’il n’y ait pas de loi spécifique concernant les tatouages au travail, la discrimination basée sur l’apparence physique est interdite. Cependant, des restrictions peuvent être imposées si elles sont justifiées par la nature des tâches à accomplir et proportionnées au but recherché. Si vous avez des tatouages et que vous vous demandez comment ils pourraient affecter votre carrière, il est toujours préférable de consulter un professionnel du droit du travail pour obtenir des conseils spécifiques à votre situation.